Au fil des mots…

L’ATTENTE

Être dans l’attente, ça n’est pas « Être », c’est avoir son attention coincée dans son mental, c’est être coupé de l’instant présent pour se retrouver projeté dans l’histoire, dans le scénario catastrophe créé de toutes pièces par le mental.

Car qui, à part le mental peut nous faire attendre ? Attendre quoi ? Attendre qui ?…    Attendre soi !

Qui à part le mental peut nous faire croire que nous avons le pouvoir d’influencer, de contrôler, de maîtriser quelque chose à l’extérieur de nous, quelque chose qui ne dépend pas de nous ?

Qui à part le mental peut nous faire chuter dans une vibration basse de peur, de colère, de rage ou de haine et activer ainsi nos blessures de trahison, d’abandon, de rejet, d’humiliation ou de jugement ?

Vouloir n’est pas une certitude, une assurance d’obtenir, mais attendre c’est toujours vibrer en soi le manque, le vide, la peur.

C’est mettre sa capacité de vie en suspens, c’est remettre son pouvoir entre des mains extérieures à soi, c’est renoncer à son propre pouvoir de co-créateur/ tion.

La vie ne se fait pas attendre, elle n’attend pas, elle est là, ici et maintenant.

resolutions

Petit résumé de la première partie de vous prendrez bien un petit changement dans votre vie.

Selon mon point de vue, prendre une résolution, c’est faire la part belle au ment-al et à sa volonté de faire pour se conformer à certaines « normes » extérieures. Alors qu’avoir une intention sincère et claire d’opérer un changement c’est suivre l’inspiration du cœur. Le coeur qui émet une puissante énergie, favorisant naturellement le changement, quand le moment est opportun, sans que rien ne soit forcé, ni imposé.

Comment procéder ?

Avant toute chose, il est important de comprendre que lorsqu’on entre en guerre contre soi-même par les critiques, les jugements, les dévalorisations, les contraintes, le non-amour de soi, on est toujours sûr de perdre sur tous les plans. Comme vous le savez sans doute, tout part de l’intérieur : l’extérieur n’est que le reflet de votre intérieur.

En effet, n’oubliez pas que là où va l’intention va l’énergie. Donc, plus vous mettez d’ardeur à vous juger, à vous critiquer, à vous dénigrer, plus vous renforcez ce que vous voulez faire disparaître. Et puis, entre nous, comment faire disparaître une partie de votre histoire passée, qui a façonné cette facette de vous aujourd’hui ? Comment faire sinon l’observer, l’accueillir, l’accepter en comprenant ce qu’elle a à nous apprendre ?

Bien sûr, chacun est responsable de sa vie, de ses choix, de ses non-choix, des conséquences et surtout, responsable ne signifie pas coupable.

Prenons à titre d’exemple, le corps physique.

En l’occurrence, mon propre exemple puisque l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même ! A la suite de graves problèmes de santé, mon corps a énormément grossi : je suis passée d’une taille 38 à une taille 48 ! Horreur, malheur, je n’arrivais plus à me reconnaître, je ne savais plus qui j’étais, je n’avais plus goût à m’habiller, à sortir, à rencontrer des gens… En clair, j’avais tellement honte de ce que mon corps montrait.

J’ai alors déclenché contre lui une véritable guerre ouverte ou de tranchée, selon les moments. Oh, je m’y suis acharnée dans cette guerre, pendant des années… jusqu’à en aggraver mes problèmes de santé et à en être totalement épuisée. Puis un jour, de guerre lasse aussi sans doute, j’ai compris qu’en continuant dans cette voie je ne parviendrai à rien.

Alors, j’ai cessé de blâmer le ciel, le destin, le hasard, la faute à “pas de chance”, j’ai cessé de critiquer ce véhicule terrestre, j’ai cessé de le dénigrer, de le juger et j’ai accepté de l’accueillir tel qu’il était dans les conditions du moment.

J’ai demandé et j’ai accepté d’être aidée. J’ai compris que je n’étais pas ce corps que j’avais et que lui était le parfait instrument pour mon évolution de conscience dans cette vie-ci. Les expériences qu’il m’a permis de vivre étaient rudes mais l’évolution a été grande !

En conséquence, pour cette année à venir…

Apprenons à cesser de vouloir que tous nos corps soient identiques et ressemblent à ces image froides et trafiquées de papier glacé. Apprenons à nous aimer tels que nous sommes. Cessons de créer, en nous, la division et la séparation. Soyons totalement responsable de notre bien-être.

Écoutons notre cœur, ressentons ce que nous désirons vraiment au plus profond de nous et formulons-le simplement, sans référence à l’extérieur. Par exemple « je veux me sentir bien dans mon corps », « je veux définir clairement, la meilleure façon possible pour moi de le maintenir en santé et de guérir ses déséquilibres »…

Nous sommes tous capables de faire des choix de vie qui nous permettent de garder notre corps en santé et ceci nous engage alors sur une vraie voie de changement et de transformations profondes.

Avec tellement d’amour,

Élhadi